Villa Eglantine
Villa Eglantine

“Le Pélican“ 

dans le studio “L'Oiseau”

 

Vitrail religieux.

1884.

Belgique.

Le vitrail « Le Pélican » a été créé à l'occasion de la construction de la chapelle du Collège Saint-Louis à Bruges, quand l’indépendance de la Belgique rendait à nouveau possible de créer des collèges épiscopaux.

La période auparavant, il y avait une absence quasi complète de l'enseignement libre catholique, en particulier sous la domination Autrichienne, le régime français caractérisé entr’autre par le Concordat de 1801 entre Consul Napoléon Bonaparte et le Pape, et, finalement, le gouvernement néerlandais.

Le Collège Saint-Louis est un institut à part entière catholique.

Frans Boussen, premier évêque de la diocèse de Bruges reconstituée (car abolie auparavant par le Consul Napoléon Bonaparte) crée le collège épiscopal en 1834 en tant qu'évêque.

Pas étonnant qu’il semblait important de disposer d’une chapelle privée.

En 1860, écrit l’évêque mgr Malou - successeur de mgr. Boussen - dans une lettre qu’il est plus important de disposer d’une chapelle que d'une salle de sport.

La chapelle fut inaugurée le 9 octobre 1884, jour de la célébration du 50ème anniversaire du collège Saint-Louis.
 

 

 

Le pélican est non seulement un symbole de la ville de Bruges, mais est également un symbole chrétien.


Selon la croyance populaire, le pélican se blesse à la poitrine pour nourrir ses petits de son propre sang.

Le pélican est aussi le symbole de la Noble Confrérie du Saint Sang qui selon la légende fût amené à Bruges par Diederik van den Elzas à son retour des Croisades.


La Confrerie Noble du Saint Sang sont les gardiens du Saint Sang.

“Le Berger”

dans le studio “La Bergerie”

Vitrail religieux.

Années 1700.

Belgique.

Scène de l’Ancien Testament

“Les Dentellières”

dans le Bureau de sas Villa Eglantine

Vitrail séculier.

Années 1800.

Belgique.

Ancienne scène populaire de Bruges (Belgique).

L’art du vitrail ancien a une riche histoire en Flandre.
 

Où une église se construit, s’agrandit et s’embellit, arrive de toute évidence le maître verrier. C’est un usage depuis des siècles.
 

Vu le développement de l’intérieur laïque, le vitrail a connu également une forte floraison et développement en dehors du contexte religieux.

Graver le verre pour l’église est destiné à l’interprétation de l’expérience religieuse populaire des Saints, l’étude des événements bibliques, et les légendes des Saints. Des attributs typiquement ecclésiastiques tels que couronnes, mitres en or, etc. sont utilisés.
 

Graver le verre pour usage séculaire donne lieu à des sujets totalement différents. Une image est donnée de tout ce qui vit au sein d’une population, comment elle évolue, et comment elle s’exprime.
 

Les vitraux étaient en général des dons volontaires de princes, nobles, évêques, mais également d’associations, administrations et notables.
 

Certains cas sont toutefois connus où des gouvernements sont intervenus dans des réductions de peines sous condition de la réalisation gratuite d’une œuvre de verre comme pour un bâtiment gouvernemental.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© VILLA EGLANTINE